Archive pour la Catégorie 'Réflexions'

Arosage

Avec le retour de jours plus chaud la végétation des crocus va reprendre et  la phase de multiplication des bulbes va démarrer. Cette période cruciale va déterminer le potentiel de récolte de safran cet automne. Pour que tout se déroule dans de bonnes conditions le plus gros facteur limitant est l’eau et, comme l’année passée, l’eau manque.

Une partie de la parcelle bénéficie probablement d’une veine d’eau souterraine et n’a pas besoin d’arrosage, même l’été 2010 qui a été très sec, il n’en a pas manqué. Heureusement, le sol est très drainant et il n’y a pas de problèmes de pourrissement dûs à l’eau stagnante. Une autre partie est plus sèche et il faut être très vigilant pour qu’un arrosage, naturel ou artificiel, ait lieu au minimum toutes les trois semaines.

Cet hiver nous avons eu très peu de neige, ce qui a facilité le piègeage des campagnoles. Je vais probablement installer une protection périférique autour de la parcelle pour éviter la recollonisation des galleries par  les campagnoles des allentours.

Les prochains travaux seront le désherbage et ensuit l’ajout de brf. Je viens de faire une coupe de bois pour le chauffage et j’ai gardé la plupart des rameaux qui vont me donner environ 5 à 6 m3 de brf.

Cette année je prévois de replanter deux à trois mille cormes de la souche du Quercy pour pouvoir comparer et ensuite multiplier les meilleurs.

La presse en parle

Un article sur le safran des prises est paru dans le magnifique magazine « Pays Neuchâtelois »

La presse en parle dans Réflexions pdf paysneuchteloissafrandelataupelours1000.pdf

La floraison 2010 se prépare

Décidément, le temps passe à une vitesse…et rien de nouveau sur ce blog depuis le printemps.

Le gros du travail à consisté à désherber. D’abord à la main, pendant que les crocus étaient en végétation et enfin, fin juin on a pu travailler au sarcloir lorsque le feuillage à séché.

Après le sarclage, j’ai épandu sur les plates bandes toutes les cendres de bois produites pendant l’hiver par le chauffage de la maison afin de faire un apport de potasse et surtout d’essayer d’abaisser un peu l’acidité du terrain.

img9666medium.jpg

Sitôt après j’ai fait des essais de semis sur les plates bandes pour occuper le sol afin de limiter la pousse des advantices. J’ai fait une sélection de plantes annuelles à croissance rapide et à enracinement peu important. Sarrasin, haricots nains, pavots, bleuets, nielle des blés, aneth. J’en reparlerai dans un autre article.

A part le sarclage, j’ai dû lutter contre les campagnols. Le printemps et le début de l’été à été très sec dans notre région et les campagnols n’ont pas fait de « taupinières », ce qui fait que je les ai remarqués trop tard. Ils ont eu le temps de faire quelques dégâts avant que je dévalise le rayon pièges du magasin agricole du coin.

A mon grand malheur, je ne me suis pas méfié qu’un prédateur pouvait aussi être présent dans les galeries et j’ai piégé une belette. C’est vraiment très frustrant d’éliminer ainsi une aide si précieuse. J’espère simplement que s’il y en avait une, il y en a peut-être d’autres. Je vais aménager des tas de pierres qui puisse attirer belettes et hermines et leur fournir un logi. 

img9673medium.jpg

J’ai donc dû, au mois d’août, déterrer les quelques bulbes que j’avais mis en pépinière pour remplacer ceux qui se sont fait boulotter. Maintenant seule la floraison nous révélera l’étendue des dégâts.

La floraison qui ne saurait tarder, puisque depuis une quinzaine, les conditions d’humidité et de fraicheur ont fait que la végétation à démaré et que les tiges ont maintenant sept à huit centimètres. Ils leur reste donc une dizaine de centimètre à franchir avant d’apparaître en surface.

 

Floraison printanière

Voici enfin des nouvelles.

Après un hiver bien enneigé les crocus sont réapparus bien verts et apparemment en pleine forme. Quelques traces de visite de campagnols, mais ils sont restés en surface, sous la neige, et n’ont fait que ronger quelques feuilles. A surveiller et à piéger.

img8058medium.jpg cliquer sur la photo pour agrandir

Depuis quelques jours, une dizaine de crocus ont fleuri. Il s’agit bien sûr d’autres espèces qui étaient mélangés aux sativus. Je vais les marquer pour les séparer lors de l’arachage, pour l’instant ils mettent un peu de vie dans le champ.

img8067medium.jpg img8069medium.jpg cliquer sur la photo pour agrandir

Cette floraison permet d’élucider le mystère des deux premières fleurs de l’automne passé. Elles avaient des pistils jaunes et de forme bizarre. J’avais eu peur qu’il y ait eu un problème avec des résidus de Glyphosate, c’était donc simplement une autre espèce mélangée. Comme ils ont fleuri environ deux semaines avant les sativus, ça donnera une bonne indication sur le début de la récolte.

Reportage TSR

Voici le reportage que la Télévision Suisse Romande à consacré à notre culture de crocus sativus.

Image de prévisualisation YouTube

 

TSR

Suite des aventures dans les médias, le reportage sur le Safran des Prises de la Télévision Suisse Romande paraîtra lundi 16 novembre au JT de 12h45.

Intérêt de la presse

La presse est très intéressée par notre culture de safran. Nous avons reçu deux journalistes de la presse écrite en début de semaine et aujourd’hui la télévision locale neuchâteloise.  

Image de prévisualisation YouTube

De bonnes occasions de se faire connaître et d’éveiller un intérêt pour la reine des épices. Peu de monde sait que le safran peut être produit chez nous. De plus, il est peu utilisé parce qu’on la croit hors de prix. Notre safran sera vendu Fr.35.- le gramme, l’arôme est tellement concentré que cette quantité peut parfumer cent assiettes. Pourquoi se priver pour 35 centimes par assiette. 

Au vu de sa valeur, le safran est l’épice la plus fraudée au monde. Les faussaires usent de tous les moyens pour gagner des fortunes avec des produits qui n’ont de safran que le nom. Carthame, curcuma, souci, blanc de poulet, brique pilée ou autres colorants souvent non alimentaires…etc. 

La première des précautions est d’acheter le safran en pistils et non en poudre. Ensuite plusieurs paramètres vont influer sur la qualité du produit. Les deux plus importants sont l’émondage et le séchage. Le pistil du crocus est, à sa base, transparent, plus haut il se colore en jaune, puis en orange et enfin en rouge. Le but de l’émondage, outre de séparer le pistil de la fleur, c’est de ne prendre que la partie rouge. Tout le reste n’apporte qu’amertume et piquant.   

On trouve beaucoup de safran sur le marché dont le pistil est pris dans son entier. C’est un gros gain de temps lors de l’émondage et c’est un gros gain de poids dans le bocal. Vous aurez compris que cette façon de faire ne profite qu’au producteur.  

Pour sécher les pistils il y a plusieurs méthodes. Nous avons choisi celle qui permet aux arômes de se développer au maximum, c’est à dire un séchage rapide à environ cinquante degrés. L’autre façon, qui consiste à laisser les stigmates sécher à l’air libre durant de longues heures, produit un safran qui est plus épicé, plus piquant qu’aromatique.   

Floraison

Voila, enfin ça commence. Il aura fallu attendre presque deux semaines depuis la première fleur pour que la floraison débute. Et je ne vous explique même pas les angoisses de cette attente. 

Comme il y a déjà beaucoup de plantes qui ont sorti les feuilles et que la première fleur n’en avait pas; première angoisse, est-ce que toutes celles qui ont des feuilles ne fleuriront pas ?

Deuxième angoisse, le gel. Pendant une semaine le sol a gelé presque toutes les nuits. La première fleur qui est sortie après cette période a mis cinq jours pour s’ouvrir, alors qu’en principe il suffit d’un jour. 

Heureusement, tout est rentré dans l’ordre. Il fait plus doux depuis quelques jours, les prévisions sont favorables pour la semaine qui suit. Cerise sur le gâteau, des plants qui avaient déjà des feuilles ont fleuri ce matin. Je dis « cerise sur le gâteau » mais il y en a encore une autre c’est qu’il y a eu du soleil quand les fleurs se sont ouvertes et j’ai pu faire de magnifiques photos. Troisième cerise, pendant que je photographiais, un magnifique bourdon est venu butiner devant l’objectif.  

A propos, un clafoutis de cerises au safran, c’est peut-être une idée ! 

img7830medium.jpg   img7803medium.jpg  img7812medium.jpg cliquer pour agrandir

Au niveau des travaux, ce matin on a fini de sarcler les allées et ramassé encore quelques pierres. Tout est prêt pour accueillir le brf (bois raméal fragmenté) que l’on va déchiqueter à partir de lundi prochain.  

Première fleur

Avec le record du nombre de visiteurs sur le blog, cette journée est particulière puisque la première fleur est sortie de terre. Comme la nuit tombe et qu’elle est encore fermée je l’ai épargnée jusqu’à demain matin, en espérant qu’elle ne soit plus toute seule.

img7736medium1.jpg

La photo n’est pas terrible parce qu’il manquait un peu de lumière.

Est-ce que c’est parti ? La journée de demain nous le dira. En tout cas c’est déjà une belle satisfaction au vu de toutes les heures de travail effectuées. C’est quand même dingue ce qu’une petite fleur comme celle-là peut créer comme émotions…

La pluie, enfin !

Voilà, après une journée caniculaire, en plein mois d’octobre, la nuit la plus chaude depuis 1910 date du début des relevés en Suisse, la pluie est enfin arrivée. 

Alors que l’actualité nous relate des tempêtes dévastatrices dans le monde, cette pluie est venue tranquillement, idéalement. J’ai toujours la crainte de fortes précipitations vu que mon terrain est en pente et donc sujet à l’érosion.

Je suis en train d’abattre des arbres pour le chauffage de la maison et je vais consacrer les petites branches pour faire du BRF (voir mon autre blog http://bmayor.unblog.fr à la rubrique éconologie). BRF signifie « bois raméal fragmenté », cela consiste à épandre sur le sol du bois de rameaux déchiquetés. Outre que ce sera une excellente protection contre l’érosion, cette technique, par l’installation de champignons et de toute une faune d’insectes et de microorganismes, permet de nourrir le sol le plus naturellement du monde. J’en reparlerai lors de l’épandage. 

Je n’ai pas mesuré la quantité de pluie mais j’ai constaté que le sol est mouillé en profondeur. Il était temps parce que ça ne bougeait plus beaucoup chez les Crocus. Plus que l’eau, je pense que c’est la baisse de température qui va faire que ça va partir très fort ces prochains jours. 

12



Cuisine Facile |
mon cake à moi... |
arsouilles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les gâteaux de Claudine
| cuisine et buffet de mika
| la Cigale Huile d'olive à S...